Présentation de la Tannerie et Matières premières
MOHAMMED LOUKILI

Présentation de la Tannerie et Matières premières

On désigne d'une manière générale sous le nom de tarmaye, L'ensemble des opérations ayant pour but de transformer la peau des animaux en une substance imputrescible qui constitue le cuir. En dehors de sa résistance à la putréfaction, le cuir doit posséder un certain nombre de propriétés physiques qui peuvent d'ailleurs varier suivant les usages auxquels il est destiné ; par exemple, les cuirs destinés à la fabrication des semelles de chaussures doivent être imperméables, fermes, leur tannage ne doit pas être modifié par l'action prolongée "de l'eau ; au contraire, les cuirs destinés à la fabrication des gants, devront surtout être caractérisés par leur grande souplesse.

L'action produite sur la peau par le tannage, peut être plus ou moins accentuée, la liaison entre les fibres de la peau et la substance employée pour les rendre imputrescibles peut être plus ou moins intime, c'est ainsi, que les cuirs tannés à l'écorce ne se transforment pas en gélatine sous l'action de l'eau bouillante, tandis que les peaux tannées à l'alun sont susceptibles de subir assez facilement cette modification.

La seule propriété commune à toutes les variétés des cuirs est donc l'impntrescibilité, c'est une qualité absolument nécessaire à laquelle viennent s'adjoindre un certain nombre de caractères dépendant de la destination du produit fabriqué. Les peaux qui sont livrées au tanneur peuvent être transformées en cuir, ne se présentent sous la même forme ; celles qui sont fournies par les boucheries de la région sont à l'état de peaux fraîches, elles sont conservées jusqu'au jour de leur mise en travail par le salage ; celles qui sont de provenance étrangère, sont conservées en vue de leur transport, par la dessiccation simple ou combinée au salage, et par quelques autres procédés spéciaux.

En arrivant à la tannerie, ces diverses catégories de peaux devront être débarrassées des substances étrangères qui les souillent (sang, crotte, lymphe, etc.) ainsi que des produits employés pour leur conservation, c'est là le but de l'opération désignée sous le nom de trempe ou revertlissage.

A cette opération fait suite l'épilage ou ébourrage, qui a pour but de séparer de la peau proprement dite, l'épiderme et les productions épidermiques comme les poils et la laine.

L'écharnage, qui est effectué après l'épilage, élimine les chairs et les graisses adhérentes à la peau qui gêneraient l'action des liquides tannants.

Comme nous le verrons ultérieurement, la plupart des méthodes qui sont employées pour l'épilage font usage de la chaux ; il est absolument indispensable d'éliminer cette chaux avant d'effectuer le tannage, tel est le but des différentes méthodes de purge de chaux.

A ce moment, la peau est préparée pour être appliquée. Les substances mises en jeu pour la purger de chaux ont eu généralement pour effet de la gonfler, c'est-à-dire d'ouvrir le tissu de la peau dans toute son épaisseur, de séparer les unes des autres les fibres des faisceaux du derme, autrement dit de la placer dans les meilleures conditions possibles pour l'absorption de la substance devant produire le tannage.

La transformation de la peau en cuir peut être obtenue de différentes manières :

  1. Par le tannage proprement dit, au moyen des produits végétaux à tanin, ceux-ci étant employés soit à l'état solide en présence de l'eau, soit sous forme de jus et d'extraits, soit enfin à l'état solide avec intervention simultanée de solutions d'extraits. Ces trois modes opératoires constituent : le tannage à la fosse, le tannage aux extraits et le tannage, mixte.
  2. Par le tannage au chrome, qui est réalisé, soit en plaçant la peau dans une solution d'un sel basique de chrome (Procédé à un bain), soit en l'imprégnant d'abord d'une solution d'acide chromique que l'on ramène ensuite, par réduction, à l'état d'oxyde de chrome (Procédé à deux bains).
  3. Par le tannage à l'alun, qui peut être mis en pratique dans la, mégisserie et dans le hongroyage. Dans la mégisserie, le tannage est obtenu à l'aide d'un mélange d'alun, de sel marin, de farine et de jaune d'œuf. Dans le hongroyage, les peaux sont soumises tout d'abord à l'action d'un mélange d'alun et de sel, puis elles sont ensuite saturées de suif.
  4. Par le tannage à l'huile ou chamoiserie, qui consiste à travailler les peaux avec un mélange d'huiles de poissons et d'animaux marins, les soumettant ensuite à une oxydation au contact de l'air. L'excès d'huile est éliminé 'après le tannage sous forme d'une matière grasse émulsionnée constituant le moellon, que l'on utilise pour la fabrication du dégras des corroyeurs